Code Postal
Code postal
Mon Dépôt
Note du dépot
 Qu'est-ce que c'est ?

Pour afficher les stocks en temps réel, nous avons besoin de connaître le dépôt le plus proche de chez vous

Choisir mon dépot

Bois de chauffage - Granulés /Info et conseils /Comment sécher le bois de chauffage

Comment sécher le bois de chauffage

Sécher le bois est importante dans la mesure où le séchage contribue à l’obtention de bûches à haut pouvoir calorifique. Il consiste à baisser le taux d’humidité des bois via des méthodes naturelles ou artificielles.  Voici quelques conseils pour sécher le bois utilisé pour le chauffage des poêles et des cheminées. 

Séchage des bûches à l’air libre

Ce procédé consiste à sécher chaque bûche en l’exposant à l’air libre à l’extérieur de la maison durant plusieurs mois. C’est la nature (en l’occurrence le soleil et le vent) qui se charge du séchage du bois en éliminant l’eau à l’intérieur du combustible. Durant cette longue période, le bois peut aussi faire face au mauvais temps. La pluie, la grêle ou encore la neige peut humidifier le tas de bûches. Pour les protéger de ces intempéries, il est intéressant de couvrir les bois d’un revêtement étanche tel qu’une tôle ondulée bien fixée. de meme il faut isoler les buches du sol afin de prévenir la remontée d’humidité. Le temps moyen de séchage pour du bois fraichement coupé est de 2 ans pour le sud de la france et 3 ans pour le nord. 

Mettre les bois au four

Ce séchage artificiel permet d’avoir du bois sec à un taux d’humidité précis et en un temps record. Le processus de séchage se présente en quatre étapes :  

  • ranger des palettes/containers de bois (buches coupée et fendues) à l’intérieur du four, 
  • chauffer le four à une température de 85 ° C (2 à 3 jours), 
  • reposer le bois hors du four. Ce repos est essentiel pour le bois sèche complètement. En effet, après le passage des bûches dans le four, seul l’extérieur de ces dernières est sec. D’où l’utilité d’éliminer l’eau à l’intérieur du bois durant 15 jours en les faisant reposer dans un abri

Pour accélérer la rapidité du séchage et la performance de celui ci pour le coeur des buches, certains procédés plus avancés utilisent plusieurs  cycles de montée et descente en température sur des durées variables. 

L’énergie utilisée pour ces étuves reste souvent les restes de biomasse récupéré lors de la découpe des buches et les écorces. Le procédé reste pour le coup écologique.

Il existe aussi la possibilité de sécher les buches dans des fours basse température, généralement des four solaires (avec appoint de chaudière biomasse). Le procédé est plus long (se compte en semaines) mais plus économique aussi.

Temps de séchage du bois

Pour la méthode naturelle, la durée de séchage bois de chauffage va de 24 mois à 36 mois pour arriver a du bois sec 20-25%. Ces valeurs sont valables pour un bois fendu, le saccage en rondin prend plus de temps. Ce temps de séchage varie aussi en fonction de l’essence du bois. Les résineux sèchent plus rapidement avec 6 mois à 1 ans de moins, tandis que les feuillus durs ont une durée de séchage plus longue. Pour le séchage artificiel, il faut entre 2 semaines et un mois pour avoir des bûches bien sèches, et prêtes à l’emploi.

Conseils pratiques

Pour un séchage rapide, il est plus judicieux de fendre le bois, c’est-à-dire de le couper en plusieurs bûches et buchettes. Il faut éviter toutefois de découper les bois au hasard. Pour la longueur des bûches, référez-vous toujours à la taille des bûches que peut recevoir votre appareil de chauffage.

En cas de séchage à l’air libre, testez régulièrement le taux d’humidité du bois pour voir s’il descend à moins de 25%. Si c’est le cas, vous pouvez utiliser le bois. Dans le cas contraire, attendre encore plusieurs mois pour sécher complètement le combustible. Un bois de chauffage sec a une teneur en eau de 20% et ne pourra descendre plus bas. Si vous pouvez un combustible comportant encore moins d’humidité, il faut passer sur les bûches compressées ou pellets (humidité entre 8 et 12%)

Evitez de dépasser à l’excès le temps de séchage de l’essence. Cela diminue le rendement en énergie de celui-ci à cause de l’évaporation des esters volatiles à l’origine du haut pouvoir calorifique du bois.