Opération JO, Faites vous livrer en Juin et évitez les surcouts de transports liés aux JO

J'en profite

La forêt Française, une ressource écologique

La forêt française est l’extension d’une forêt qui a évolué durant l’ère glaciaire. Elle est née du recul des glaciers à l’époque où la forêt a repeuplé l’Europe. Durant la préhistoire et l’époque gaulois, les hommes ont procédé au déboisement d’une partie de la forêt. Découvrez la forêt française de nos jours, ses chiffres clés, ses propriétaires, ses essences à travers cette page qui lui est consacrée.

Forêt française : les chiffres clés

Dans le dernier inventaire de 2016, la superficie forestière en France métropolitaine était de 16,7 millions d'hectares. Depuis la deuxième moitié du XIXème siècle, sa superficie ne cesse d'augmenter. Chaque année, on note une progression de 0,7% de la superficie des forêts, ce depuis l'année 1980. Le taux de boisement du pays est de 30%. Il atteint les 69% en Corse-du-Sud, qui est l’un des départements français les plus boisés, avec le Var et les Landes.

La forêt française occupe 10% de la surface boisée de l’Europe. Elle est le quatrième pays européen le plus boisé après la Suède, la Finlande et l’Espagne.

L’inventaire forestier a lieu tous les ans de novembre de l’année en cours à octobre de l’année suivante. Il concerne 7 000 placettes d’inventaire implantées dans les forêts produisant du bois. A l’issue de l’inventaire, un mémento mentionnant les chiffres clés est rédigé. Ce document comprend les données éco-floristiques, la composition de peuplements, des informations sur la forêt de montagne et sur le bois mort.

Types de forêts et propriétaires

75% de la forêt appartient à 3,2 millions de propriétaires privés qui possèdent 12 Mha. Cette surface est généralement destinée à la production de la futaie régulière. Plus de 60% de ces forêts sont peuplés uniquement de feuillus.

¼ de la forêt française relève du domaine public. Les 16% de la forêt (soit 2,9 Mha) sont la propriété de 15 600 collectivités incluant des départements, des régions, ou encore des intercommunalités.

L’Etat est propriétaire de 9% de la forêt dont 1,7 Mha de forêts domaniales poussant à une altitude de 1 000 mètres. Certaines forêts ont comme propriétaire le Ministère de la Défense

40% de la forêt de l’hexagone sont des zones Natura 2000, et 5,1 millions d’ha ont une éco-certification PEFC. Chaque année, la forêt française confine environ 45 millions de tonnes de monoxyde de carbone émis.

Essences de bois dominantes

Dans l’inventaire de l’IGN 2016, les feuillus occupent 76% des surfaces forestières. Il existe plus d’une quarantaine d’espèces de feuillus dont le charme, le boulou, le frêne, l’olivier, le tremble, le tilleul, l’aulne vert, le noisetier, l’orme, le peuplier, le chêne, le hêtre et le platane. Le chêne possède plusieurs variétés à l’instar du pubescent, du chevelu, du tauzin, du chêne rouge d’Amérique et du chêne vert.

Les conifères ne représenteraient que 36% pour un volume total sur pied de 2,6 milliards de mètres cubes. Parmi les conifères, on distingue le cèdre, le cyprès, le douglas, l’if, le mélèze, le pin, et le sapin.

Il y aurait environ 170 000 ha de peupleraies. Dans les DOM TOM, la forêt abrite une multitude d’espèces d’arbres étant donné qu’il s’agit d’une zone équatoriale.

En général, les essences principales dans la forêt française sont diversifiées. Cela s’explique par la situation bioclimatique de la France, qui a trois types de climats : méditerranéen, continental et océanique, mais aussi par sa diversité géologique et topographique.

Les mélanges des essences concernent notamment les Vosges et le Jura ainsi que quelques régions de l’est de la France. C’est le long de la bande Nord-Pas-de-Calais à la Franche-Comté, qu’il est uniquement possible de trouver des peuplements avec une seule essence

La forêt française, pilier de la filière bois

La forêt française nourrit l’Homme au quotidien. Il lui apporte le matériau et le combustible bois bûche nécessaire pour le bon déroulement de ses activités. Elle est la ressource principale de la filière forêt bois. Sans forêt, il n’y a ni bois ni maison ni combustible pour allumer un feu dans la cheminée ou dans un poêle de masse. Le bois d’une zone forestière est une ressource naturelle dont on a besoin. Il est écologique et renouvelable. Il absorbe et stocke le dioxyde de carbone ce qui empêche le développement de l’effet serre.

Dans l’univers de la construction de maisons individuelles, le bois constitue un matériau efficace contre les déperditions de chaleur. Bâtir une maison en bois revient à dépenser trois moins d’énergie qu’une habitation en béton. C’est d’ailleurs grâce au bois forestier que les premiers moulins à eau et à vent ont vu le jour.

Mais la forêt a pour première vocation d’approvisionner les ménages en bois combustible, le bois de chauffage ou les granulés bois. Jadis, il fut d’ailleurs la première matière première pour se chauffer autour de l’âtre. Le droit d’affouage, qui autorise les gens à couper du bois pour le chauffage et la cuisson d’aliments avec des chaudières a bois, est d’ailleurs l’une des dispositions ayant permis à l’Homme d’exploiter librement les ressources de la forêt.