Opération JO, Faites vous livrer en Juin et évitez les surcouts de transports liés aux JO

J'en profite

 Le pouvoir calorifique des essences de bois : l’indice pour bien choisir son bois de chauffage

Rien de plus sympathique, au cœur de l’hiver, que de préparer un bon feu de cheminée qui va durer toute la nuit.

Mais pour que ce dernier dure de nombreuses heures, il n’y a pas de secret: tout repose sur le pouvoir calorifique inférieur du bois que vous aurez choisi.

Bois sec , bois humide, bois lourd, bois léger… Toutes les essences de bois n’ont pas le même pouvoir calorifique. Il s'agit donc de trouver le bon type de bois pour vos envies.

Pour ne pas être déçu par vos feux de cheminée ou de brasero, voici une petite astuce Simply Feu : on peut faire feu de tout bois avec la bonne essence.

 Le PCI pour bien choisir son bois

Nous sommes d'accord, pour bien se chauffer rien ne vaut le bois dur !

Nous sommes tout aussi engagé que vous, nous ne commercialisons ni fioul ni gaz ni autre chose que des produits 100% bois.
Mais nous ne pouvons le faire seul.

Optez pour les palettes de bois de chauffage chêne, hêtre, frene etc.

Bien choisir les essences de bois de chauffage pour vos besoins

Avant toute chose, il faut distinguer les deux grandes familles de bois : le bois lourd et le bois léger.

Chacune a des spécificités sur des critères essentiels dans la sélection du bois idéal : 

- Vitesse de combustion
- Quantité de cendres après la combustion
- Qualité des braises
- Présence de fumée
- Chaleur dégagée


Parlons un peu plus de ces deux grandes familles.


Le bois lourd

C'est un bois épais, difficile à allumer. Contrairement au petit bois sec, il dégage un gaz naturel qui l’empêche de prendre feu rapidement. Ce gaz est issu de la double combustion du bois, grâce à une arrivée d’air :

       La première combustion, qui brûle le bois ainsi qu’une petite quantité des gaz ;

       La post-combustion, qui enflamme les gaz qui n’ont pas encore été brûlés, ce qui augmente grandement la combustion et donc la chaleur.

Les bois durs doivent atteindre une température suffisante pour brûler. C’est alors que les gaz combustibles se dégagent, se combinent à l’oxygène issu de l’arrivée d’air, puis s'enflamment en produisant de la chaleur.

C'est donc un bois lent à démarrer. Mais une fois qu’il est chaud, il est lancé pour durer toute la nuit ! Parce que le pouvoir calorifique des bois lourds est bien plus important que celui des bois légers. Autrement dit : pour une même quantité, il dégage beaucoup plus de chaleur, et plus longtemps.

C’est par exemple le cas du bouleau qui a une densité à l’air entre 0,6 et 0,7.
Ou encore du hêtre, avec une densité comprise entre 0,6 et 0,9.
Et même le chêne rouge ou blanc, qui offre une densité pouvant aller de 0,7 à 0,9.



Le bois léger

Les bois légers, quant à eux, prennent feu assez rapidement. Toutefois, ils ont une vitesse de combustion rapide : pour entretenir un feu avec du bois léger, vous devrez donc ajouter du bois plus souvent.

C’est le bois parfait pour faire un feu d’appoint, pour créer une ambiance chaleureuse. Par exemple, vous pouvez choisir du pin Sylvestre grâce à sa densité de 0,5, ou encore de l’épicéa avec une densité approximative de 0,4.

L’astuce bonus :

Vous l’avez peut-être déjà remarqué, mais les bois lourds et les bois d’allumage légers sont parfaitement complémentaires. Le meilleur moyen de faire un feu durable et rapide, c’est donc de les combiner.

À chaque essence de bois son pouvoir calorifique

Entrons maintenant dans le vif du sujet. Quel bois choisir en fonction de vos attentes ?

Les bûches compressées

Contrairement au bois classique, ce sont des bûches de combustion fabriquées à partir d’un mélange de bois. Souvent, il s’agit d’une composition de bois créée à partir d’arbres feuillus ou résineux.

Les bûches compressées sont créées expressément pour fournir une chaleur optimale. Elles possèdent un pouvoir calorifique supérieur à 5 kWh/kg.

Bon à savoir :
Le pouvoir calorifique dont on parle depuis tout à l'heure n'est qu'indicatif. La chaleur dégagée par vos bûches dépend en effet de leur taux d’humidité, et des conditions dans lesquelles elles sont stockées. 


Le bouleau

Le bouleau est un bois classique mi-dur à écorce fine.

S’il est bien sec, le bouleau prend assez facilement. Sa qualité mi-dure lui permet de durer pendant quelques heures, mais pas suffisamment pour être auto-suffisant. Autrement dit : il faut le surveiller du coin de l'œil !

C’est un bois que l’on utilise souvent dans les poêles et les cheminées. Son PCI est d'environ 5 020  kWh/tonne, en moyenne.

 

Le frêne

Le frêne est quant à lui un bois dur à écorce fine. La finesse de son écorce lui permet de prendre feu rapidement, surtout avec la bonne quantité de petit bois. Il possède un PCI d'environ 5 090 kWh/tonne, même si tout dépend de son niveau de séchage.

 

L’hêtre

L’hêtre est aussi un bois dur à écorce fine, qui peut être plus complexe à allumer que le frêne. Nous vous conseillons l’utilisation de petit bois et d'allume-feu, pour faciliter votre départ de feu.

Son pouvoir calorifique inférieur est généralement de 5 140 kWh/tonne.

 

Le chêne

Enfin, le chêne est un bois dur avec une écorce épaisse. Il est considéré (à juste titre) comme un bois capricieux. Sa température de combustion très haute impose d'utiliser du bois d'allumage.

Son pouvoir calorifique inférieur est d'environ 5 040 kWh/tonne, mais si vous n’avez pas de combustible efficace pour l'aider au démarrage du feu, la combustion risque de ne pas être possible (à moins de souffler dessus pendant très longtemps : gare à l’hyperventilation !).


Qu'est-ce que le PCI du bois ?

Au moment de choisir une essence de bois, on parle souvent du PCI et du PCS.

Le Pouvoir Calorifique Inférieur (PCI) est l'unité de référence pour mesurer la quantité d'énergie thermique produite lors de la combustion complète d'une unité de bois. C'est l'indicateur qui permet de savoir, pour telle quantité de bois brûlée, quelle quantité de chaleur vous obtenez.

Le PCI est exprimé en joules ou en kilocalories par kilogramme. On s'en sert surtout pour savoir si le bois choisi est un bon combustible, ou s'il est préférable de choisir une autre essence.

Plus vulgairement, plus le PCI d'une essence de bois est élevé, plus elle chauffe.  

Les PCI comparés du bois, du gaz naturel, du fioul et du propane


Le pouvoir calorifique inférieur est une donnée qui permet de mesurer concrètement la chaleur dégagée par la combustion de votre combustible. Il permet donc de savoir à quelle chaleur vous pouvez vous attendre, en fonction de la matière première que vous allez choisir.

Vous hésitez encore sur la meilleure manière de vous chauffer cet hiver ? Simply Feu vous présente les PCI de tous les combustibles Gaz, Fioul, Propane etc....

Faire le choix du bois en fonction de son pouvoir calorifique

Il n’existe pas de bois parfait : l’essence de bois dont vous avez besoin dépend en réalité de ce que vous comptez en faire. Que ce soit pour un feu d’ambiance ou un feu de chaleur, prenez le temps d’étudier le pouvoir calorifique de chaque essence de bois pour bien choisir.

Contactez-nous sur simplyfeu.fr, et faites les bons choix pour le bois de vos appareils de chauffage !

Découvrez également les autres choses à savoir sur le pouvoir calorifique du bois :


      
Bien utiliser les essences de bois en fonction de vos besoins  
        La densité du bois de chauffage : à quoi ça correspond ?