Opération JO, Faites vous livrer en Juin et évitez les surcouts de transports liés aux JO

J'en profite

Tout comprendre sur la combustion
du bois de chauffage

Que vous soyez propriétaire d’une cheminée ou d’un poêle à bois, savoir allumer un feu est indispensable.

Mais au-delà de bien positionner vos bûches et de choisir le bon allume-feu, il est aussi nécessaire d’avoir certaines connaissances sur la combustion du bois de chauffage.

En effet, chaque étape de la combustion du bois de chauffage implique la création de gaz, ou un dégagement de chaleur.

Pour vous aider à appréhender le fonctionnement de votre appareil de chauffage au bois, SimplyFeu vous dit tout sur la combustion du bois de chauffage !

Nous sommes d'accord, la bonne combustion c'est avant tout un bois buche de qualité

Nous sommes tout aussi engagé que vous, nous ne commercialisons ni fioul ni gaz ni autre chose que des produits 100% bois.
Mais nous ne pouvons le faire seul.

Optez pour des buches de bois qui auront une bonne combustion

L'étape de l’évaporation au début de la combustion

La toute première étape de la combustion du bois de cheminée est l’évaporation .

C’est l’étape pendant laquelle le bois atteint une température suffisante pour éliminer le taux d’humidité qu’il contient encore. 

En effet, dans l’univers du chauffage au bois, on considère que du bois bien sec est du bois qui contient moins de 20-25 % d’humidité. Au-delà de ce seuil, le bois est trop humide pour offrir un pouvoir calorifique optimal.  La première partie de la chaleur est donc employée à évacuer les 20-25 % d’humidité restante. Ce qui lui vaut son nom d’évaporation.

La phrase d'évaporation va commencer lorsque le foyer atteint les 100 degrés au moyen d'allume-feu, ou de bois par exemple. C'est seulement lorsque le bois bien sec qu'il commence à se consumer (à partir de 150°). 

La pyrolyse du bois de chauffage

Une fois que l’humidité contenue dans la bûche a disparu, la deuxième étape entre en jeu. Il s’agit de la pyrolyse, et de la gazéification .

Cette étape commence simplement avec une décomposition des cellules de bois sous l'effet de la chaleur, lorsque les bûches atteignent une température comprise entre 100 et 150°.

Cette étape de la pyrolyse (la décomposition des cellules) entraîne la création de 80 % de gaz, et de 20 % de résidus solides.

Ces gaz commencent donc à s’échapper des bûches de bois. Le vrai feu démarre vers 225°C (température appelée d’inflammation) et libère en même temps la chaleur lorsque les gaz commencent à bruler. La température continue de monter.

Ensuite, le point culminant de la combustion arrive lorsque le foyer est à 300°C. Il a fallu un apport en oxygène important pour cette montée en température. Donc le tirage est encore ouvert au maximum. Les flammes peuvent, quant à elles, atteindre jusqu'a 1100°C. Le bois peut alors crépiter sous l'effet de l'éclatement de poches de gaz.

Etape 3: La braise

Lorsque les gaz et composés volatiles ont brûlé, il reste les résidus solides. C'est la braise de charbon de bois, de couleur rouge. La combustion est lente, et a une température de 800°C environ.

Le besoin en apport d'oxygène pour cette phase plus lente est moindre, et il est nécessaire de baisser l'apport en air primaire et secondaire. Ce qui revient a diminuer le tirage. Sinon, une quantité inappropriée de froid rentre dans le foyer et va plus rapidement réduire, voire arrêter la combustion.

La combustion serait ainsi moins complète, il y aura des résidus imbrulés dans le bas à cendres, et une production moindre de chaleur.

Le triangle de feu : qu’est-ce que c’est ?

D’un point de vue plus généraliste, dans le monde du bois de chauffage, on se base sur le triangle de feu pour apprendre à allumer un feu.

Ce concept indique que pour qu’un feu soit actif, il faut absolument trois éléments :

       Un combustible, comme le bois ;

       Un comburant, comme l'oxygène ;

       Une énergie d’activation, comme la chaleur.

Sans l’un de ces trois éléments, impossible de faire démarrer un feu. Et même en cours de combustion : si vous supprimez l’un de ces trois éléments fondamentaux, votre feu va mourir.

Par exemple, si vous fermez le tirage de votre cheminée pendant que votre feu crépite, ce dernier va finir par s’éteindre.

Pourquoi le feu crépite-t-il quand il flambe ?

Au cours ou au début de la combustion, il peut arriver que le bois de chauffage ait des comportements inhabituels. C’est notamment le cas au début de la combustion, lorsque le feu crépite et crée des projections.

Si c’est votre cas, les raisons peuvent être nombreuses. Cela peut tout simplement venir de l’essence de bois que vous utilisez : certaines ont tendance à produire des escarbilles (les projections) au cours de la combustion (châtaignes, sapin, pin etc...).

Mais cela peut aussi signifier que votre bois n’est pas suffisamment sec !

L’eau contenue dans les cellules libres va alors être libérée d’un coup, lorsque le bois se fissure ou qu’il atteint des températures spécifiques.

Ce qui entraîne des crépitements, et parfois des escarbilles.

Vous avez besoin d’autres informations sur la combustion du bois de chauffage ? Simply Feu vous explique tout dans les détails !

       Comment disposer les bûches dans un poêle à bois ?

       Choisir un combustible rapide : le BA-B.A pour un feu réussi