05 conseils pour bien choisir son combustible bois

L’on a constaté que bon nombre de foyers sont obligés de débourser des sommes astronomiques pour leur chauffage. Pourquoi ? Un bois qui se consume trop rapidement, un appareil de chauffage qu’il faut trop fréquemment entretenir, du bois qui ne chauffe pas assez, etc. Voici 05 conseils pour vous aider à mieux choisir un combustible pour votre chauffage !

 

Son taux d’humidité, toujours à vérifier

 

Le taux d’humidité, un point clé qui est sans doute le plus à mettre en valeur. Logiquement parlant, le bois humide, lorsqu’il s’allume, doit encore dépenser de son énergie pour s’auto-sécher ! Une opération qui nécessite beaucoup d’effort de sa part et qui ne vous sera nullement bénéfique. En effet, quand il s’auto-sèche, le bois ne produit pas assez de chaleur, sans parler de la pollution engendrée par celui-ci. Son pouvoir calorifique est donc quasi-inexistant durant l’opération de séchage. C’est pour cela qu’il est important de choisir du bois sec (le moins humide possible, et ayant séché durant quelques années).

 

Selon les chiffres, du bois avec un taux d’humidité de 20% vous offrira 4.0 kWh/kg de PCI (pouvoir calorifique) ; un taux de15% est égal à 4.3 kWh/kg et 10% aura 4.6kWh/kg. Donc, plus le taux diminue, plus le PCI augmente.

 

L’essence du bois, un point essentiel !

 

Choisir selon l’essence de bois est très important. Si vous choisissez du bois dur, celui-ci dégagera plus de chaleur et aura une combustion lente.

 

Les différentes catégories de bois sont comme suit :

Les bois durs. Les bois durs sont de deux types, les bois de feuillus durs et les bois mi-durs. Les bois de feuillus durs sont le chêne, le charme, le frêne, le hêtre, ou encore l’orme. Les mi-durs sont les bois d’arbres fruitiers comme le merisier, le châtaigner, etc.

– Les bois tendres et résineux. Les bois tendres sont le peuplier, l’érable, le bouleau, etc. Les bois résineux peuvent être catégorisés comme assez tendres, ceux-ci sont le pin maritime, l’épicéa, ou le sapin.

 

Petite astuce : les bois tendres sont plus efficaces pour démarrer un feu et sont ensuite suivis de bois durs pour faire durer vos flambées et éviter l’émission de particules fines.

 

Les bois à éviter

 

Pour éviter un encrassement rapide et trop fréquent, du bois qui génère beaucoup de fumée, ou qui éclate n’est pas trop à privilégier.

– Les bois qui éclatent sont plus appropriés pour les foyers fermés. Donc ne conviennent pas à tous les appareils de chauffage. Certains bois mi-durs et résineux présentent ces caractéristiques.

 

– Les bois qui ont tendance à encrasser. La fumée, ou les résines qui encrassent votre appareil de chauffage ne vous faciliteront pas la vie ! Le bois humide est à éviter, car il produit davantage de fumée que le bois sec. Les bois résineux ne sont également pas conseillés, car ils favorisent l’encrassement.

 

– Le bois traité. Attention à ne pas utiliser du bois traité. Du bois peint ou traité avec des substances chimiques est à éviter. Ils favorisent la pollution et favorisent l’encrassement.

 

Choisir ses granulés, comment faire ?

 

Pour bien choisir ses pellets, prenez compte des critères suivants :

– Une taille moyenne

– Le taux de particules fines ou taux de fines bas

– Le taux d’humidité bas

– La densité du produit. Plus elle est élevée, plus le taux de fines est élevé.

– Le taux de cendres bas

– Et la présence d’additifs qui favorise le taux de cendres.

 

Les bûches de bois densifiées, une solution sans équivoque !

 

Compte tenu des divers critères, le bois densifié fait partie des meilleurs choix. Les buches de bois densifiées, les briquettes de jour ou de nuit, les pellets sont tout autant de bois de qualité et sec à souhait. Simplyfeu vous propose ses divers bois énergie, économiques et écologiques.