Feu de cheminée : comment éviter l’accident ?

À la longue de la suie et du goudron se déposent dans le conduit d’évacuation des fumées de votre cheminée à bois. Outre ces dépôts inhérents à l’utilisation normale, des nids d’oiseau ou des feuilles mortes peuvent aussi y être introduits. Malheureusement, tous ces dépôts peuvent s’embraser de façon accidentelle à l’intérieur du conduit de cheminée et mener à un feu de cheminée. Voici quelques gestes simples pour éviter un feu de cheminée.

La qualité de l’installation

Le gainage

La présence de coudes, des zones propices aux dépôts de suie ou de goudrons, dans votre conduit, augmente les risques de feu de cheminée. En adoptant un tube le plus rectiligne possible pour le gainage (ou chemisage) de votre conduit de cheminée, vous éviteriez ces dépôts. 

Déjà, pour toute maison construite après 2012, le gainage est légalement obligatoire, mais il l’est aussi en cas d’utilisation d’un poêle à bois, d’un insert ou d’une cheminée à foyer fermer. S’il n’est pas nécessaire dans le cas d’un foyer ouvert, pourquoi s’en priver au vu des avantages ?

Le chapeau de cheminée

Se plaçant au sommet de votre cheminée, le chapeau de cheminée, ou abat-vent, empêche l’intrusion dans la cheminée de feuilles ou d’oiseaux pour y faire leurs nids, réduisant ainsi le risque d’incendie.

Chauffage au bois

L’extracteur de toiture éolien

Afin que la combustion puisse s’effectuer correctement, votre cheminée doit disposer d’un tirage suffisant, un extracteur de toiture éolien y veillera.

L’entretien régulier de la cheminée

Pour avoir une cheminée sécurisée, faites-la ramoner, afin de décoller les résidus de combustion, par un spécialiste une fois par an. Et auprès de votre assurance, l’attestation du travail effectué délivrée par ce spécialiste aura une valeur juridique, au cas où !

En outre, tailler ses arbres et contrôler la croissance de ses plantes grimpantes ne sont pas des mesures superflues pour éviter la catastrophe !

Pour les inserts

Outre le tubage obligatoire pour les inserts qui chauffent beaucoup plus que les foyers ouverts, pensez à la vérification des joints de la vitre qui sont susceptibles de laisser passer des gaz de combustion nocifs.

Bien choisir son combustible

Le choix du bois est essentiel pour diminuer tout risque de feu de cheminée. Un bois résineux, trop humide ou traité dégage des quantités plus importantes de suie ou de polluants. Des bûches de qualité issues du chêne, du hêtre ou de l’érable, ayant séché au moins 2 ou 3 ans, sont préconisées.

L’usage des bois de récupération pour alimenter le feu de votre cheminée est à éviter impérativement. En effet, la combustion des peintures ou des vernis dégagera des fumées toxiques !

Et surtout, n’utilisez pas votre poêle comme un incinérateur de déchets, surtout des matières inflammables !

Non seulement le dégagement de fumée qui en résultera pourra gêner votre voisinage, mais en plus votre conduit s’encrassera plus vite, d’où l’augmentation des risques de départ d’un feu de cheminée.

Par ailleurs, l’usage des solvants ou alcool pour faire démarrer votre feu est à proscrire, optez plutôt pour de petits bois bien secs !

Quid des cendres?

Ayez l’habitude de jeter vos cendres dans un contenant métallique : elles ne sont pas toutes éteintes et certaines, encore chaudes, peuvent déclencher un incendie !

Autres précautions

N’oubliez pas qu’un tapis, ou un mobilier, est un combustible ! Placés trop près de la cheminée, ils peuvent prendre feu qui va se propager plus facilement en cas d’accident.

Au besoin, installez un pare-feu ou un pare-étincelle pour prévenir tous risques de débordement.

Évitez aussi de suralimenter le feu avant de vous coucher, un feu laisser sans surveillance pourrait avoir des conséquences néfastes !

Par ailleurs, restez toujours attentifs aux signes qui avertissent d’un départ de feu : une chaleur anormale, un fort dégagement de fumée, des étincelles ou des flammes de taille excessive, etc.

Selon l’article L. 129-8 du code de la construction et de l’habitation, depuis le 8 mars 2015, l’installation d’un détecteur de fumée est une obligation pour tous les logements. En l’installant à chaque étage de votre maison, et spécialement au plafond près de la cheminée, vous serez alerté à temps en cas de début d’incendie ce qui peut évitez une catastrophe, voire vous sauver la vie ainsi que celle de votre famille.

Mais pour qu’il soit efficace, il faut aussi veiller à l’entretien et au bon fonctionnement de ce dispositif, quitte à le remplacer si nécessaire.

Fort de ces renseignements, vous pouvez dorénavant profiter de la chaleur douce et accueillante des soirées d’hiver passées au coin du feu en toute sérénité.

Vous aimerez aussi...